• Annelise Stern

Réponse à ces détracteurs de l'art contemporain pour qui "l'art c'était mieux avant"

Dernière mise à jour : janv. 5


Si j'ai un penchant naturel pour l'art contemporain, s'il s'agit de mon domaine de prédilection.... Je n'ai jamais pour autant été insensible à l'art d'autres époques. J'ai toujours trouvé inconcevable de n'aimer qu'une seule et unique forme d'art. J'ai toujours vu le monde de l'art comme un moyen de consacrer sa vie à la Beauté. Par Beauté je n'entends pas l'esthétique mais... Une Beauté plus universelle, qui nous dépasse, nous transcende. Cette beauté pour moi n'a ni époque, ni couleur, ni genre. Malraux disait de l'art que c'était "le chemin le plus court de l'Homme à l'Homme."


Ces détracteurs rejettent souvent l'art contemporain pour différentes raisons. Voici quelques unes de celles que j'ai pu entendre, que je vais tacher de déconstruire.


L'histoire

L'art ancien serait un témoignage de notre histoire, un vestige de ce qui n'est plus. Un argument qui me fait sourire. Les artistes contemporains traitent de l'histoire. Simplement il s'agit de l'histoire d'aujourd'hui. Ils participent à la documentation de l'Histoire. Ainsi, Camille Henrot dans Grosse fatigue propose une vision synthétique de l'histoire de notre univers, aux travers une accumulation d'images et de références présentées sous forme de fenêtre pop up sur un écran d'ordinateur.

L'histoire de l'art

Nombreux sont ceux qui dénigrent l'art contemporain, en prétextant que les artistes actuels dont les œuvres sont vendues à des sommes certes mirobolantes, seront vites oubliés. Sommes nous si imbus de nous même pour définir aujourd'hui les artistes qui resteront dans l'histoire de l'art dans 50, 100 ou 200 ans ? Est-il utile de rappeler que certains des grands noms de l'histoire de l'art ont été vivement décriés, voir totalement ignorés par leurs contemporains. Sans tomber dans le mythe de l'artiste maudit, je ne pense pas que qui que ce soit actuellement soit en mesure de prédire l'histoire de l'art de demain.


La technicité

Un argument qui m'énerve au plus haut point. Tout d'abord parce qu'il illustre une véritable méconnaissance de l'art contemporain. Je pourrais vous citer des dizaines d'artistes contemporains qui font preuve d'un savoir-faire et d'une technicité incroyable. Je pense par exemple aux peintures tissées de Klara Hosnedlova qui étaient visibles à l'exposition "Jeunes Artistes en Europe. Les Métamorphoses." de la Fondation Cartier. J'aimerais vous emmener découvrir la façon dont Jenny Saville dépeint dans ses gigantesques huiles la chaire, à la manière de Lucian Freud.


La réalisation

Combien de fois ai-je pu entendre au sujet d'un Murakami ou d'un Koons : "Vous vous rendez compte, il ne réalise même pas entièrement ses œuvres." Cette fois-ci, pire qu'une méconnaissance de l'art contemporain, l'on est face à une cruelle méconnaissance de l'histoire de l'art. Le système de l'atelier d'artiste est ancestral. Les grands maîtres de la Renaissance ne réalisaient pas eux-mêmes toutes les œuvres qui leurs étaient commandées.


Le concept

Halte au mythe du concept. L'art contemporain n'est pas purement et uniquement conceptuel. Tout d'abord l'art conceptuel désigne un très court mouvement artistique qui est intervenu entre 1966 et 1972. Dire de l'art contemporain dans sa globalité que c'est un art conceptuel revient à un abus de langage. Vous n'avez pas besoin d'un doctorat en histoire de l'art pour comprendre ou apprécier des œuvres d'art contemporain. Alors oui peut-être qu'aborder une oeuvre d'art contemporain nécessite quelques recherches, peut-être devrez-vous lire quelques critiques, quelques interviews avant de saisir réellement le propos de l'artiste. Mais n'est-ce pas agréable d'apprendre, de découvrir ?

Et honnêtement n'en va-t-il pas de même de l'art ancien ? Ne devez-vous pas lire sur le passé, le contexte, l'artiste pour comprendre réellement une oeuvre ?

Enfin, n'oublions pas que l'art contemporain n'est pas si éloigné que cela de l'art ancien. Nombreux sont les artistes contemporains qui rendent hommage au passé. Je pense notamment à Daniel Arsham qui lors de son exposition Paris 3020 à la galerie Perrotin a présenté une série d’œuvres revisitées grandeur nature de bustes, frises et sculptures emblématiques de l’Antiquité classique. Pour la réalisation de cette exposition, l'artiste avait obtenu un accès sans précédent aux musées les plus fameux du monde entier et à l’atelier de moulage français de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais (RMN). Quel plus bel hommage à la statuaire antique aurait-on pu imaginer ?


Je parlais de Beauté au début de ce texte. Cette beauté je la retrouve dans les courbes délicates d'une coiffeuse Louis XV, tout comme dans l'audace d'une étagère de Ron Arad. L'érotisme du Sommeil de Courbet me touche au même titre que celui des nus de Mapplethorpe. Je la vois dans la pureté des monochromes de Klein, comme dans les peintures religieuses de la Renaissance italienne. J'aime la folie de Yayoi Kusama, la finesse des céramiques Iznik, le kitsch de Pierre et Gilles, le trash d'une Bettina Rheims, la perfection d'Irving Penn, la naiveté des peintres croates, l'esthétique des sculptures Fang, la légèreté des fêtes galantes. Je suis obsédée par les peintures de Klimt, les masques de Romuald Hazoumé, les Baigneuses de Ingres, les affiches de Barbara Kruger, les Gueules cassées de Kader Attia, les couleurs de Gauguin, les performances d'Abramovic ou encore les toiles de Modigliani. Chaque jour ce rêve de collection s'agrandit. Cette collection mentale s'enrichit perpétuellement. D'ailleurs c'est elle qui m'enrichit.


J'aime arpenter les salles du Louvre comme celles du Palais de Tokyo ou de la fondation Cartier. L'art contemporain est-il mieux que l'art ancien ? Ce débat est à mon sens purement stérile. L'art transcende les époques, les cultures.


Je n'aime pas l'art contemporain. On dirait l'argument d'autorité d'un enfant qui refuse de goûter ses légumes. À combien d'expositions d'art contemporain vous êtes-vous rendus ? Combien de galeries avez-vous fréquenté, de portes d'atelier poussées, de livres lus ? Avec combien d'artistes avez-vous discuté ? Combien, avant de simplement dire "je n'aime pas." Poussez la porte de tous les musées, sans exception. L'art est une curiosité.


J'aime l'art d'hier. J'aime l'art d'aujourd'hui. Et j'aimerais l'art de demain.

J'aime l'art contemporain. Mais j'aime l'art avant tout.

83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout