Rechercher
  • Annelise Stern

NFT, qui sont les artistes de demain ?

Saint Valentin 2022, je me rends à un petit déjeuner organisé pour les amoureux de l'art par Artwork in Promess. J'y croise Amélie Kalafat, l'une des co-fondatrices d'ARTENDERS, un projet qui rend la scène parisienne artistique plus accessible en créant du lien entre ses différents acteurs et le public. On discute un peu, je lui explique que j'ai envie d'orienter ART GIRLS vers l'organisation d'événements NFT / performances.


Redéfinition du statut de l'artiste

Quelques jours passent, Amélie m'appelle et me propose de venir animer l'une des soirées de la prochaine exposition d'ARTENDERS. L'idée : proposer une performance suivie d'une échange avec une artiste autour des NFT et de comment elle compte intégrer ce nouvel outil à sa pratique. Je passe quelques jours à réfléchir à quelle artiste j'ai envie de proposer, mais j'ai déjà une petite idée qui commence à germer dans un coin de ma tête. Je peux tout à fait venir avec une artiste performeuse traditionnelle qui est passée par les Beaux-Arts. Je peux, mais est-ce que c'est pertinent ? Est-ce que je ne pourrais pas justement en profiter pour proposer autre chose ? Si les NFT révolutionnent notre rapport à l'achat d'œuvres d'art, je suis persuadée que la révolution va plus loin et touche à la définition même de l'œuvre d'art. L'une de mes grandes thèses avec les NFT, c'est que ce nouveau médium, ce nouveau système, entraine une redéfinition du statut de l'artiste. Et de qui peut prétendre ou non être artiste.


C'est là que l'idée de présenter l'artiste SEIKO PHOENIX que je viens de rencontrer, pointe le bout de son nez dans mes pensées. Performeuse cracheuse de feu et burlesque, elle ne rentre pas dans les cases des profils d'artistes que l'on voit dans le monde de l'art traditionnel. C'est à l'aube de ses 18 ans que Seiko Phoenix voit le jour. Elle délaisse le chemin de la docilité et de la conformité pour celui des enfers. Dans les souterrains sépulcraux, elle apprend le maniement du feu, éclairant de son aura les étranges créatures de la nuit. Night clubs, milieu burlesque, clips de rap, on est clairement assez éloigné du cycle de performance proposé aux Beaux-Arts. Sauf qu'aujourd'hui, avec l'arrivée des NFT dans le marché de l'art, ce genre de profils d'artistes ont plus que jamais leur place dans ce marché de l'art. Petit aperçu des éléments déclencheurs qui vont entrainer l'apparition de cette nouvelle génération d'artistes dans le marché de l'art.


Suppression des intermédiaires

Les NFT mettent en lien de manière directe les artistes avec leur communauté et les collectionneurs.

La suppression des intermédiaires donne le pouvoir à la communauté, je me demande souvent si le collectionneur ne va pas disparaitre au profit de la communauté. Je défends souvent l'absence de curation dans les NFT et donc d'une certaine manière l'absence de bon goût. Comme je l'expliquais dans un précédent article, je me sens bien plus libre dans le choix des œuvres que je collectionne dans les NFT que dans le monde physique traditionnel. Si l'absence totale de curation ne me semble pas non plus être une solution viable, si nous aurons toujours besoin d'intermédiaires, une plus grande liberté dans les choix de curation me semble nécessaire. Et finalement si dans l'espace NFT le bon goût des institutions disparaît, alors qui va donner le ton demain ?


Rémunération des artistes sur le long terme

Être artiste a-t-il un coût aujourd’hui ? Oui, c’est indéniable. Tout le monde n'a pas les moyens de se payer une école d'art. Tout le monde n'a pas les moyens de se payer un atelier. Tout le monde n'a pas les moyens de mettre des années avant de gagner sa vie. C'est là que les NFT viennent tout chambouler. Aujourd’hui, avec les NFT, avec une bonne connexion internet, vous pouvez proposer vos œuvres à la vente dans le monde entier pour quelques centimes sur des Blockchains comme Tezos. La barrière financière pour devenir artiste s’effrite avec les NFT, ouvrant les portes de la création à une pluralité d’artistes issus de milieux très différents.


Performeuse : apparition de nouveaux corps

SEIKO PHOENIX se définit comme modèle alternatif : tatouages, maquillage, costumes et performances de feu indiquent la distance qui la sépare des canons de beauté traditionnels de l’histoire de l’art. La suppression des intermédiaires et du bon goût, permet l’apparition de nouvelles

formes de corps dans le champ de la performance. Les NFT permettent de sortir de l’idée de canon imposé par l’histoire de l’art : je suis intimement convaincue que leur utilisation va entrainer la visibilité d'une pluralité des corps des performeuses. Ajoutez à cela que les NFT peuvent être un moyen pour les femmes de se réapproprier leur image, comme l'a montré l'épisode Emily Ratajkowski.


SEIKO PHOENIX est partante, j'envois un brief à ARTENDERS et je croise les doigts pour qu'elles me disent oui. Quelques jours passent, on se voit toutes autour d'un verre, c'est bon, c'est ok. SEIKO PHOENIX ne rentre pas dans les cases des standards du marché de l’art actuel. À mon sens, elle préfigure une nouvelle génération d’artistes qui vont se faire une place et une légitimité dans le marché de l’art des NFTs. Et donc d’une certaine façon dans le marché de l’art de demain.

“Les NFTs, c’est tellement nouveau qu’on peut prendre les rênes, nous les femmes. On peut prendre le lead et devenir beaucoup plus visibles avec les NFTs. C’est pas une galerie qui va décider, c’est toi qui décide de mettre en vente tes œuvres, c’est toi qui devient visible parce que tu as décidé d’être visible.”

SEIKO PHOENIX


Pour en savoir plus sur l'événement

https://www.artgirls.store/nfts-qui-sont-les-artistes-de-demain

Echange avec l'artiste SEIKO PHOENIX suivi d'une performance

Le 6 avril 2022 de 19h à 20h30

Exposition "Vestiges of the future" organisée par ARTENDERS

1 rue Cité Griset, 75011 Paris

Inscription obligatoire - événement gratuit

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout