• Annelise Stern

La prétention de monter une galerie d'art à 21 ans

Dernière mise à jour : 14 oct. 2020

Je suis galeriste. C'est une phrase compliquée à assumer à 21 ans. On rougit un peu en la prononçant, particulièrement lorsque l'on est face à des galeristes qui ont 10, 20 ou 30 ans de métier derrière eux. A 21 ans on est une petite galerie, on présente des petites œuvres, à des petits prix... Parce qu'on est encore petit. Au début l'on demande des conseils à droite à gauche, on écoute beaucoup. C'est ce que j'ai fait avec ma première entreprise. J'avais l'avantage de ne pas être seule, d'avoir une associée plus âgée que moi. C'était rassurant, j'avais encore 20 ans lorsque les statuts ont été signés.


Et puis en fait petit à petit l'on se rend compte que ces conseils ne sont pas adaptés. Ce sont ne sont pas de mauvais conseils. Ils ne sont juste pas adaptés à notre situation. On comprend assez vite que le seul moyen de bien faire c'est d'essayer. Le mythe de la méthode infaillible qui garantirait le succès... Ce n'est rien d'autre qu'un mythe. Il y a tant de paramètres qui rentrent en compte. À 21 ans on n'a strictement rien à perdre. Alors on est prêts à tout, on pourrait essayer n'importe quoi, pourvu que cela marche. On cherche juste à déchiffrer le code du succès. Et pour ça on est prêts à essayer des milliers de combinaisons.


Monter une galerie à 21 ans c'est passer un samedi soir à refaire pour la dixième fois un graphisme, un texte, une impression... C'est regarder son écran d'ordinateur en se demandant pourquoi on s'est embarqué dans cette aventure. C'est se ronger les ongles avant de rencontrer des artistes bien plus âgés que soi. C'est se confronter à un fournisseur qui daigne à peine répondre. C'est faire des centaines de milliers d'erreurs. Et puis il y a le reste... Les belles rencontres qui tombent amoureuses de notre projet. Les petits mots d'encouragements laissés par des inconnus. Les propositions de collaboration inattendues. Des petits détails presque insignifiants qui font toute la différence pour nous.

Je crois en toi, certainement la plus belle chose que l'on ai pu me dire.


Monter une galerie à 21 ans c'est monter une galerie avec des petits moyens. C'est accepter de démarrer avec peu. C'est se mettre à Photoshop vu qu'on n'a pas les moyens de se payer un graphiste. C'est lire des centaines d'articles sur le droit des entreprises, vu qu'on n'a pas les moyens pour un avocat. C'est bricoler soi même ses décors car on n'a pas les moyens de faire appel à un prestataire. C'est bidouiller soi même son site internet, faire ses photos, gérer ses réseaux sociaux, écrire les textes, relancer 100 fois les journalistes parce qu'on n'a pas les moyens pour une attachée de presse.

Monter une galerie à 21 ans c'est être système D, le D de débrouille. C'est comprendre qu'il n'y a pas de taches dégradantes, que si il faut passer une journée dehors dans le froid à distribuer des flyers, il faut le faire.


Avoir 21 ans aujourd'hui c'est comprendre que le monde de demain n'aura rien à voir avec celui d'aujourd'hui. C'est comprendre qu'il va falloir se réinventer tous les jours. C'est comprendre que les compétences acquises aujourd'hui, les cours suivis, les conférences auxquelles l'on a assisté seront obsolètes dans les 5 ans à venir. La seule solutions c'est d'apprendre, un peu plus chaque jour, de dévorer des connaissances.


La prétention réside dans la non remise en cause de schémas qui perdurent depuis des années. La prétention c'est de se dire que rien ne pourra nous ébranler, de croire que l'on est devenu si puissant, si important, qu'aucun concurrent solide ne pourra nous déloger. Le monde a changé, il change de plus en plus vite. Le marché de l'art va irrémédiablement devoir s'adapter.


Est-ce prétentieux de monter une galerie d'art à 21 ans ? Certainement. Mais je préfère parler d'ambition. Je suis une galeriste, certes une petite galeriste, mais une galeriste quand même. Mon projet n'est pas parfait, pas fini, il changera certainement des centaines de fois de direction. Mais je rêve grand. Alors si jour après jour je travaille, je me perfectionne, alors chaque jour je deviens un peu plus grande.

Je suis galeriste et j'ai 21 ans.

265 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout